BlockchainTechnologies

Une des applications de la Blockchain, le Bitcoin

La Blockchain c’est comme de la farine pour un boulanger, il faut en avoir une application spécifique pour qu’on en ai l’utilité. De la même manière qu’un boulanger fait des baguettes ou des éclairs à la vanille, la Blockchain peut faire de la monnaie comme des contrats entre personnes ou de gérer un cadastre. Il s’agit d’en connaitre les propriétés, ce qui est passionnant c’est qu’à l’heure actuelle nous sommes encore en phase de découverte et de compréhension de l’ensemble des activités que permets cette technologie de rupture.

Bitcoin, un nom de casino pour un concept nouveau

Prenons tout d’abord la première de ces applications, la monnaie, ou plus précisément la Crypto-monnaie, qui comme nous l’avons expliquée dans cet article s’appuie sur la technologie Blockchain ET sur la cryptographie. Le fameux Bitcoin est vu à la fois comme notre sauveur et le mal incarné en fonction du filtre par lequel on le regarde. Le terme Bitcoin provient de la contraction de « bit » (des 1 et des 0) et de « coin » (pièce de monnaie), c’est une unité de compte et un protocole informatique. La technologie est libre et ouverte et fonctionne en réseau uniquement. Pas d’autorité centrale, elle est remplacée par la technologie elle-même qui certifie par nature les échanges, la valeur et l’enregistrement des transaction.

Les transactions sont gérées par le réseau qui n’est possédé ni contrôlé par personne, on pourrait résumer Bitcoin à « l’argent d’internet » qui à la différence des autres monnaies ne nécessite aucune banque pour être possédé ou utilisé, juste un réseau.

Et en pratique j’en achète où ?

Vous pouvez acheter un ou une fraction de  bitcoin dès aujourd’hui mais pour le moment il n’a qu’une valeur de technologie en test et sa fonction principale à ce jour est surtout spéculative son cours étant assez volatil. Il existe des plateformes d’échange permettant d’acheter et de vendre des Bitcoins mais aussi des centaines d’« Alt coins », monnaies ressemblant au Bitcoin mais dont chacun à sa spécificité technologique permettant une application différente ou une propriété différente. Ces initiatives peuvent être vues comme un terrain d’expérimentation foisonnant comportant sa part de chaos et de créativité. Les sites sûr et connus pour acheter et vendre sont nombreux, parmi lesquels on peut citer Coinbase ou Binance pour les plus connus (et les plus sûrs).

Attention, si vous achetez des Bitcoins, ne perdez pas la clé privée associée ! Si tel est le cas vous perdrez tout vos BTC, c’est ce qui est arrivé à un anglais qui a perdu 7500 BTC en jetant son ordinateur à la poubelle (à l’époque cela ne valait quasiment rien) au cours actuel, il a perdu 63 millions d’euros ! On raconte qu’il a arpenté sa déchetterie pendant des mois avant d’abandonner.

Et l’écologie dans tout ça ?

R.i.g. de minage Bitcoin

Nous trouvons ici une des principales critiques de la crypto monnaie et du Bitcoin, pour pouvoir créer de la monnaie dans le modèle Bitcoin, il faut faire du « minage ». Ce minage s’effectue par la résolution de problèmes complexes à l’aide d’une puissance de calcul très importante. Les mineurs sont mis en concurrence et le premier qui résout le problème est récompensé par un Bitcoin ou fragment de Bitcoin. On devine donc rapidement que ce système incite à la course à la puissance de calcul ainsi qu’à la consommation d’énergie pour faire fonctionner ces ordinateurs mais aussi et surtout pour les refroidir. En effet, le refroidissement est le principal poste de consommation énergétique du dispositif.

Cette approche est aujourd’hui vivement critiquée dans un contexte de réchauffement climatique et surtout massivement utilisée par ses détracteurs souvent acteurs du système financier « traditionnel ». Vous pouvez voir l’impact carbone du Bitcoin sur le très sérieux site The digiconomist, Le Bitcoin consommerait plus que 159 états a lui seul. Ils oublient bien sûr de dire que le système bancaire consomme au minimum 3 à 4 fois plus que le réseau Bitcoin d’autant que le réseau est davantage alimenté par des énergies renouvelables que le réseau bancaire. Cela n’en fait pas pour autant un bon élève et des initiatives s’appuyant sur une création de monnaie moins énergivores sont à l’essai. Parmi ces alternatives, le « Proof of Stake » est un des plus prometteuses, elle permettrait de ne plus avoir à miner et donc à consommer massivement de l’énergie.

Pour aller plus loin.

Voici quelques références pour aller plus loin dans votre démarche de connaissance des cryptomonnaies.


Title 1

Title 2

Title 3

Comment here